Haut de page

Logo préfècture région

 Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte
Évolution des organisations

Contenu

Le contrôle de gestion en général

partager sur facebook partager sur twitter
9 janvier

« Le contrôle de gestion est une fonction qui, par l’exploitation du système d’information vise à contrôler, mesurer et analyser l’activité d’une organisation (...). Cette fonction doit apporter des éléments d’information décisifs au management quant à l’atteinte des objectifs (opérationnels et/ou stratégiques). Il s’agit d’un contrôle non seulement au sens de vérification, mais aussi au sens de pilotage. Le credo du contrôle de gestion est qu’on ne pilote que ce que l’on mesure, et le contrôle de gestion détermine les indicateurs qui seront suivis (mesurés) ainsi que l’écart de la situation (...) avec le but visé (...). » [1]

Cependant, « le choix d’une définition pour le contrôle de gestion est extrêmement problématique. En effet, tant chez les praticiens que dans la littérature, des définitions multiples et variées, partielles, contradictoires et/ou redondantes coexistent. La dichotomie usuelle entre vision « étroite » du contrôle de gestion fondée sur l’analyse des écarts, et vision « élargie » fondée sur le pilotage (...) en constitue un exemple. » [2]

Les tâches d’un contrôleur de gestion

« Le contrôle de gestion a pour mission de s’assurer de la cohérence entre la stratégie adoptée (où veut-on aller ?) et les moyens mis en œuvre sur le terrain (que fait-on et avec quoi ?). Cela implique plusieurs choses :

  • En terme de positionnement, le contrôle de gestion est un des organes de la direction, même s’il a des liens forts avec les ressources humaines et le système comptable ou financier (...).
  • Le contrôle de gestion n’est pas un organe opérationnel, mais un organe d’échange d’information.
  • Le contrôle de gestion ne peut se contenter de ’cueillir’ l’information qui passe, il lui faut la maîtriser complètement et s’assurer de sa qualité (fiabilité, ponctualité, etc.) ; il aura besoin d’information spécifique, sans autre usage que celui qu’il en fera, et il peut avoir besoin de la construire lui-même.
  • Le contrôle de gestion ne se limite pas à donner des chiffres et allumer des voyants dans un ’tableau de bord’, il construit le tableau de bord et l’adapte en permanence aux objectifs. Il aide à déterminer les indicateurs pertinents en collaboration avec le management. (...)
    Ainsi, le contrôle de gestion revient :
  • à vérifier que les objectifs qui sous-tendent la stratégie choisie sont bien suivis. Cela se fait à partir de tableaux d’indicateurs qui peuvent mêler des données financières (...) et des données statistiques (...),
  • à conseiller les opérationnels à partir de l’analyse de ses tableaux d’indicateurs,
  • à donner son avis à la direction sur le choix des objectifs qui sous-tendent la stratégie.(...)
    Les limites du système

Il existe une double limite fondamentale au contrôle de gestion :

  • tout n’est pas mesurable à un coût raisonnable, et pourtant il faut bien quand même piloter le système. Le contrôle de gestion n’est pas la panacée,
  • une fois qu’un indicateur a été choisi, il devient très vite un but en soi, susceptible de toutes les manipulations. Cela limite la confiance qu’on peut accorder au système de contrôle de gestion, même si on peut mettre en place toutes sortes de parades (renouveler les indicateurs utilisés, les garder confidentiels, etc.). Et cela induit du stress, notamment lorsque les indicateurs sont mal choisis et conduisent à exiger l’impossible.
    Par ailleurs, il est souvent difficile de laisser le contrôle de gestion à sa place. Le contrôle de gestion, au carrefour de nombreuses fonctions, peut assez facilement dériver, sous l’effet de ses tendances propres, du contexte, et des pressions des autres acteurs. Il peut ainsi se limiter à un contrôle formel et tatillon, devenir un organe d’inspection interne, ou de conseil et d’aide à la décision, ou d’analyse économique, ou encore prendre en charge des responsabilités opérationnelles, ou bien encore occuper des fonctions plus ponctuelles liées à une autre forme de métiers, malgré tout assez proche, à savoir l’audit interne. » (Wikipedia)

[1] Définition proposée par wikipédia

[2] Fonction « contrôle de gestion » et notion de partage : quels enseignements ? - K. Lobre, 5ème conférence internationale de management stratégique, 2004

Mots-clés associés :

Pied de page

Site mis à jour le 2 avril
Plan du siteIndexInfos-éditeurContact  | AuthentificationFlux RSS